Forum de Tuxsys: (HORS SERVICE) Forum de Tuxsys

Aller au contenu

| Astuces | Insolite | Internet | Logiciels libres | Matériel | News du jour | Non classé | Sécurité | Systèmes d'exploitation | Linux | Mac OSX | Windows |


Vidéo dans le HTML5: Google le sauveur?

Il y a quelques temps encore, on relatait la situation plutôt compliquée pour l’avenir de la vidéo sur internet. En effet, la façon d’encoder les films la plus répandue en ce moment est le h.264, contenu dans le mpeg4. Toutefois ces technologies sont soumises à licence d’utilisation et donc à royalties. Du coup, un navigateur internet qui voudrait afficher de la vidéo dans ce format, devrait s’acquiter d’une taxe annuelle assez lourde dès 2016 auprès du MPEG Consortium. Google, Microsoft et Apple ont vite confirmé qu’ils le feraient sans problème, leurs  finances étant plutôt solides. Toutefois, Mozilla (Firefox) n’a pas les moyens, à termes, de débourser de pareilles sommes et Opera encore moins. De plus, ça allait contre leur politique du libre pour le premier et du gratuit pour le deuxième.

Un nouveau conteneur pour un codec moderne

A l’occasion de sa conférence annuelle, la Google I/O, le géant américain de l’internet vient de jeter, non pas un caillou, mais un énorme rocher dans la mare. Ayant racheté la société On2, pour un peu plus de 100 millions de dollars, et son codec VP8, Google annonce fièrement un nouveau conteneur baptisé WebM. L’attrait de ces deux technologies est qu’elles ont été placées sous licence libre par son nouveau propriétaire. Du coup, tout le monde peut l’utiliser sans devoir rien à personne. Mozilla et Opera ont déjà confirmé leur adhésion en présentant des versions de développement de leurs navigateurs respectifs travaillant avec ce type d’encodage. Microsoft, de son côté fera en sorte qu’Internet Explorer 9 puisse aussi l’utiliser, bien qu’il ne sera pas embarqué en natif, comme les deux précités. Apple, par contre, ne s’est pas encore exprimé sur ce sujet. Enfin, Google Chrome, sera compatible dans sa prochaine version, puisque Chromium, son pendant libre le fera dans les prochains jours.

Des nuages dans le ciel?

Cependant, il faut toujours relativiser. En effet, la licence libre de ce codec est une aubaine pour le microcosme d’internet. Le fait que le géant détenant aussi le site de vidéos le plus connu au monde (Youtube, pour ne pas le citer) peut évidemment jouer un rôle déterminant dans l’adoption massive de ce format. Or, il faudra sûrement compter sur une réaction plus ou moins déplaisante du MPEG Consortium, ne voulant pas laisser filer ainsi leur mine d’or.

D’autre part, si on peut aujourd’hui regarder notamment des vidéos de Youtube directement sur sa télévision, son téléphone portable ou encore son netbook, c’est que ceux-ci embarquent une puce spéciale permettant de lire ce type de contenu. Il faudra donc aussi que les industriels fassent le pas. nVidia semble déjà avoir donné des signes en faveur de son adoption.

Google y gagne, mais pas qu’eux

Google a fait l’acquisition et entend déployer au mieux cette technologie pour diverses raisons. La première étant que le codec peut être encore largement optimisé en qualité et en consommation de bande-passante, bien que les premiers résultats soient déjà concluants. Le but de la manoeuvre est donc de disposer d’une qualité d’image à la hauteur de la Haute Définition, tout en faisant des économies de bande-passante. Justement, Youtube pèse très lourdement dans les finances du géant sur ce dernier point pour le moment.

D’autre part, la firme de Mountain View pourrait asseoir encore plus son monopole sur les données transitant par le réseau des réseaux, ce qui restera peut-être le seul point négatif de toute cette affaire, si elle se déroule comme convenu.

Dans tous les cas, chez Mozilla et Opera, n’ayant jamais eu l’intention de passer au h.264, on a dû tout de même pousser un « ouf » de soulagement…


Lucid Lynx et le Wake On Lan

Le Wake On Lan (WoL) est le fait de pouvoir réveiller un ordinateur à distance. On peut facilement préparer ce genre de choses dans un réseau interne, il est un peu plus compliqué de faire fonctionner tout cela à travers internet. Mais ça reste faisable!

Dans cet article, on va juste vous montrer comment il est simple aujourd’hui de préparer son ordinateur pour qu’il puisse être allumé à distance avec la dernière version d’Ubuntu. D’entrée, il faut comprendre que très rares et chères sont les cartes wifi à avoir cette fonction. On va donc se concentrer sur les cartes réseau de type câble (RJ45). Bien qu’aujourd’hui ce soit monnaie courante, il en existe aussi dans ces dernières qui ne peuvent pas faire du WoL. Mais là Ubuntu peut nous aider.

On part du principe que vous savez entrer dans le Bios de votre ordinateur et vérifier que la fonction soit activée.

Tout le reste se passera donc dans le terminal.

sudo ifconfig

Pour repérer le « nom » de la carte réseau, bien souvent ce sera eth0, il faut repérer s’il elle a une adresse ip attribuée. Au passage vous pouvez déjà relever l’adresse MAC (mentionnée après HWaddr), utile pour envoyer le paquet magique, qui réveillera l’ordinateur.

sudo ethtool eth0

Evidemment, s’il s’agit d’eth1, il faut remplacer. Le résultat de cette commande nous permettra de déterminer si elle à la fonction WoL, compatible Linux. A la ligne commençant par « Supports Wake-On« , il faut repérer si la lettre g s’y trouve parmi d’autres.

sudo ethtool -s eth0 wol g

Avec cette commande, on prépare la carte à rester éveillée, en attente d’un paquet magique lui étant adressé.

Si vous refaites la commande « sudo ethtool eth0 « , à la ligne « Wake-on », on ne trouvera plus un d, mais le g. C’est pratiquement fini!

sudo gedit /etc/rc.local

Juste avant la ligne « exit=0« , il faut placer la ligne qui suit:

ethtool -s eth0 wol g

Désormais, à chaque démarrage et extinction, Ubuntu sait qu’il faut laisser cette carte éveillée pour le WoL. Enregistrer et quitter le tout. Eteindre votre ordinateur et vous pouvez d’ores et déjà tester son réveil à distance!


Posté le : 19 Mai 2010 par Shymata
Tags: , , , ,
Posté dans Astuces, Linux, Logiciels libres |

Raccourcir des URL’s sécurisées

Pas vraiment sur le créneau du logiciel libre que nous défendons, mais une bonne news est toujours bonne à prendre. Elle concerne plus les utilisateurs windows, mais en y réfléchissant les utilisateurs Linux et MacOS y trouveront aussi leur compte.

Vous connaissez peut-être les services de raccourcissement d’URL’s que sont Cli.gs, Bit.ly, Is.gd ou encore Goo.gl. Ce dernier est bien entendu utilisé en interne par la  pieuvre de la toile internet, Google. Ces services sont bien pratiques pour les utilisateurs de réseaux sociaux qui limitent plus ou moins le nombre de caractères. En effet, on peut trouver des liens bien plus longs que les 140 signes que ne permet un message sur Twitter, par exemple. On pourrait le poster sur Facebook, mais il sera inesthétique, dérangeant par sa taille, et on lui préfèrera sa version raccourcie.

Toutefois, dans ce genre d’entreprises, ces liens sont forts sympathiques, mais il devient très facile aussi d’induire quelqu’un en erreur. En effet, bien heureux, celui qui devine un lien qui va se résumer à une suite de caractères alpha-numériques sans aucune signification. Du coup, un nouvel acteur vien de pointer le bout de son nez avec une valeur ajoutée non négligeable, sachant son expertise dans le domaine.

BitDefender, éditeur roumain d’une bonne et fameuse suite logicielle de sécurité, vient donc de lancer ce service, Saf.li. Du coup, on créant un lien miniaturisé sur ce service, ce dernier s’assure qu’il ne conduise pas à un virus, un malware ou un phishing, tout simplement. Voilà qui est pour nous réjouir, puisque nous saurons désormais à chaque fois que les risques sont minimisés à chaque fois que l’on nous proposera un lien transitant par Saf.li.


Posté le : 06 Mai 2010 par Shymata
Tags: , , , ,
Posté dans Internet, News du jour, Sécurité |

Palm n’est plus

Depuis déjà quelques temps, l’entreprise Palm était en grande difficulté. En effet, bien qu’elle ait été l’une des marques pionnières dans les agendas tactiles (au stylet svp!), la marque n’avait pas su prendre le virage des smartphones. Depuis Palm, avait tenté re recoller la concurrence en proposant des solutions maison, fruit d’une recherche en interne autant qu niveau matériel, que logiciel.

C’est ainsi qu’étaient nés le Pré et le Pixi un peu plus tard, animés par WebOS, un Linux. Les appareils étaient plutôt de bonne facture, mais la marque n’a jamais eu les moyens de négocier son déploiement avec les opérateurs téléphoniques et s’est faite malheureusement trop discrète. Voulannt appliquer les méthodes de la concurrence, Palm avait mis sur pied un semblant « d’AppStore », où évidemment les applications se sont faites attendre.

Depuis, les finances de la marque, n’ont jamais revu les chifffres noirs. Le pari de tout développer en interne fut trèc coûteux et les ventes n’ont jamais comblé ce manque. Palm était en sursis depuis quelques temps déjà et plusieurs acheteurs potentiels se sont fait entendre. Au final, le reprenneur n’est autre qu’HP. La marque avait elle aussi fait dans l’agenda tactile (toujours au stylet!) en son temps et avait abandonné le marché depuis quelques années.

D’après l’annonce qui a déjà faite par la fime de Palo Alto, son principal objectif était de reprendre les licenses et brevets que détenait Palm et surtout de miser sur WebOS. Par contre rien n’a été évoqué au niveau matériel. Tout laisse donc croire qu’HP a pour ambition de renvenir sur le devant de la scène sur ce type de marché, y intégrant sûrement les logiciels entreprise de la maison par la même occasion, tout en développant le matériel en internet. Le contraire serait presque étonnant, sachant les différents accord que maintient le géant inférmatique avec Intel, par exemple. Au final, HP pourrait sûrement débarquer d’abord avec des tabelettes, comme l’iPad, avant de proposer un smartphone. Affaire à suivre.


Posté le : 04 Mai 2010 par Shymata
Tags: , , , ,
Posté dans Linux, Logiciels libres, News du jour |

Lucid Lynx est parmi nous!

La communauté du libre l’attendait impatiemment, voici donc la nouvelle version d’Ubuntu. Comme indiqué dans le titre, son nom est Lucid Lynx et est estampillée en 10.04. Beaucoup de nouveautés sont à prévoir, voici un bref récapitulatif.

Sachez d’abord qu’il s’agit d’une version LTS (Long Term Service). Alors qu’une version « normale » d’Ubuntu n’est soutenue que 18 mois après sa sortie, une LTS le sera pendant 36 mois, soit trois ans durant.

Un vent de renouveau

Shuttleworth avait déjà annoncé la volonté de rendre sa distribution encore plus soignée au niveau graphique et au niveau ergonomique. Cette petite révolution fit déjà son apparition dans la version précédente avec l’intégration d’Empathy et Evolution au desktop, entre autres. Elle continue puisque Gwibber (client Twitter) l’est aussi à son tour, tout comme Ubuntu One. Au niveau graphique, le changement est radical. Alors que la distribution s’est toujours appuyé sur des couleurs proches de l’orange du chocolat, on sent un vent nouveau, avec l’apparition de thèmes plus soignées et travaillant sur des couleurs proches du blanc, de l’anthracite et du violet. L’aspect global est relativement bien réussi, c’est un plus idéniable, d’autant plus que les effets graphiques, semblent encore plus réactifs.

D’autres nouveautés sont à considérer au niveau du kernel, évidemment. On parle notamment de la version 2.6.32-14.20, en ce qui concerne le noyau.

Plymouth est enfin mis sur pied dans la distribution sud-africaine. Développé initialement pour Fedora, ce gestionnaire de démarrage est plus rapide que le précédent et travaille direcement avec la carte graphique. Du coup, l’expérience de démarrage est plus fluide, affichée à la meilleure résolution pour l’écran et avec un esthétisme plus recherché.

Côté démarrage, Plymouth est couplé à Fast Boot, qui travaille beaucoup plus rapidement pour mettre en place le système d’exploitation avant que l’utilisateur puisse disposer du bureau de travail. Dans certains, l’amélioration est substantielle, passant de presque une minute à quelques 20 secondes.

Fast Boot, est d’autant plus rapide puisque HAL n’est plus. Ceci permet donc un démarrage plus rapide, certes, mais aussi dans le cas d’une restauration de session en veille ou en hibernation.

Côté interfaces de bureau, on retrouve nos chères Gnome en version 2.30 et KDE SC dans affichant 4.4 au compteur.

Au rayon des logiciels, on voit apparaître OpenOffice 3.2 (avec le logo Oracle dans le splash!!), Thunderbird 3, la disparition de The Gimp dans l’installation par défaut et l’apparition de PiTiVi, un logiciel de montage vidéo.

Que le passage à cette version ne vous amène aucun problème, au contraire, que l’expérience 10.04 vous soit la plus plaisante possible, car elle en a le potentiel!


Posté le : 30 Avr 2010 par Shymata
Tags: , , , , , , , ,
Posté dans Linux, Logiciels libres, News du jour |

Get Adobe Flash player