Forum de Tuxsys: (HORS SERVICE) Forum de Tuxsys

Aller au contenu

| Astuces | Insolite | Internet | Logiciels libres | Matériel | News du jour | Non classé | Sécurité | Systèmes d'exploitation | Linux | Mac OSX | Windows |


Oracle, le dernier chapitre Sun?

Voilà quelques jours que la commission européenne en charge d’enquêter sur la viabilité du rachat de Sun par Oracle a statué. L’acquisition est donc officiellement validée par les plus hautes instances et les choses n’ont pas vraiment traîné. En effet, la firme américaine lançait régulièrement depuis plusieurs mois différents types de menaces ou autres mesures de pression pour accélérer le processus. On rentiendra l’épisode où la moitié des sénateurs américains ont parlé au nom de l’entreprise, demande à l’Europe de boucler au plus vite son enquête.

Dès lors, les inquiétudes se faisaient grandissantes quant aux différents produits Sun, que sont Solaris (OpenSolaris), MySQL, Java ou encore OpenOffice. Tous ont la particularité d’un développement assuré par Sun et la communauté de bénévoles à travers le monde, puisqu’ils sont placés sous licence libre.

L’absorption ou la disparition de ces logiciels était crainte par bon nombre de spécialistes, puisque dans pratiquement tous les cas, Oracle a déjà un produit similaire, propriétaire et payant. Toutefois, la logique du libre peut s’avérer payante, ce qu’a démontré Sun pendant ces dernières années et visiblement, et après différents remous en tout genre, Oracle aurait compris les enjeux.

Ainsi, Larry Ellison, dans une conférence de presse donnée pour l’occasion, a annoncé vouloir garder l’esprit libre pour les produits qui l’étaient déjà sous l’ère Sun. Le PDG confirme que les entités resteront sous le même régime de développement et que le seul changement sera qu’Oracle prévoit d’injecter beaucoup plus d’argent que ce qui a été fait jusqu’à maintenant.

Tout semble donc bien se finir, mais « Monty », le père de MySQL, n’entend pas lever sa vigilance voyant le nouveau propriétaire comme le grand méchant loup. A-t-il raison ou se fait-il trop de souci? Une chose est sûre, Oracle a maintenant les pleins pouvoirs…


Internet Explorer indésiré

Pour une fois la Suisse se distingue et de bien bonne manière avec l’Allemagne et la France. En effet, ces trois gouvernements ont fait une annonce un peu particulière récement.

Il s’agit tout simplement de déconseiller fortement l’utilisation d’Internet Explorer de Microsoft. En effet, les dangers dus aux failles de sécurité touchant le navigateur de Redmond sont beaucoup trop importantes et sérieuses pour qu’un utilisateur moyen puisse continuer à l’utiliser en tout quiétude.

Visiblement tout remonte à la semaine dernière où Microsoft annonçait qu’une faille de sécurité avait été exploitée pour pirater des activistes pour les droits de l’homme en Chine. Vous devinez par qui. Différents comptes Gmail auraient été piratés et aussi suite à cette affaire que Google aurait menacé de cesser ses activités dans le pays de Mao.

Dans un premier temps, l’éditeur du navigateur a réagit avec un peu de légèreté, en minimisant le problème,  ce qui a donc fait réagir les gouvernements cités. Toutefois, des correctifs « plus sérieux » devraient bientôt voir le jour. Dans tous les cas, le géant de Redmond ne s’attendait visiblement pas à un coup de mauvaise pub de ce genre et se retrouve encore une fois dans des annonces qui ne sont pas très élogieuses, ce qui aura le mérite de faire profiter encore un petit peu la concurrence.

Pour nous, Tuxsys, le message est clair; n’hésitez plus tentez un autre navigateur que le IE! En commençant par Firefox, qui est libre ou Chrome de Google qui l’est aussi partiellement.


Posté le : 20 Jan 2010 par Shymata
Tags: , , , , , ,
Posté dans Internet, Sécurité |

Rendez votre PC écologique

L’écologie est un souci majeur pour de nombreux gens aujourd’hui: Certains diront que c’est un business de vendre « vert » et ils auront raison. N’empêche que de nombreux gestes et un choix éclairé du matériel vous permettra de contribuer à la sauvegarde de l’environnement. Cet article se propose donc de passer en revue pour vous quelques moyens de réduire votre empreinte écologique mais aussi augmenter la durée de vie de votre matériel 🙂

Les petits gestes simples

  • Ne pas laisser des périphériques allumés ou en veille lorsque l’on ne les utilise pas pour un moment, par exemple lors de la pause-déjeuner
  • Lorsque l’on éteint son ordinateur, veiller à ce qu’il soit débranché (via une multiprise avec interrupteur, par exemple)
  • Utiliser du papier recyclé pour ses impressions et utiliser les deux faces lors d’un brouillon. Essayer si possible de lire le + de documents possibles à l’écran et pas sur papier.
  • Nettoyer ses machines. Qui dit poussière, dit ventilateurs obstrués, donc surchauffe
  • Recycler les cartouches d’encre,rapporter le matériel usagé, ne pas jeter des piles ou autres à la poubelle
  • Désactiver dans le BIOS les périphériques inutilisés (par exemple, la 2ème carte réseau,etc…)

Le matériel

  • Lorsque l’on souhaite acheter une nouvelle machine car l’ancienne est « trop lente », se demander si un reformatage complet ou l’installation d’un système d’exploitation moins gourmand en puissance ne serait pas une meilleure idée. D’autant plus que ça soulage le porte-monnaie
  • Lors d’un nouvel achat, se soucier des capacités du matériel à gérer leur consommation électrique. Par exemple, certaines cartes-mère proportionnent dynamiquement la puissance du processeur à l’utilisation actuelle ou encore les disques durs, dont certains peuvent consommer plus du double que des modèles « verts ».
  • Ne pas surdimensionner la puissance de la machine. C’est onéreux et inutile d’avoir une carte graphique à 500.- et trois disques durs pour faire de la bureautique. Demandez à des experts (pas le cousin « qui s’y connaît » ni à un vendeur qui négligera probablement l’aspect écologique)
  • Éventuellement sous-fréquencer son processeur si l’on a pas besoin de sa pleine puissance. Cela allongera sa durée de vie.

Posté le : 24 Déc 2009 par Cretch
Posté dans Matériel |

Thunderbird 3 : la version finale!

thunderbird3

Les plus pressés diront « Enfin! » Thunderbird 3 est donc sortie dans sa version finale et publique. Après des mois, voire de très longs mois (pour ne pas dire des années), l’équipe de travail rend donc sa copie, validée et officialisée par la fondation Mozilla.

Le client de messagerie reprend donc des couleurs. Il s’agit d’une mise-à-jour majeure, évidemment, où les améliorations sont notable. La refonte totale de la gestion des différents comptes de messagerie, permet de les configurer plus facilement. La fonction recherche peut désormais travailler dans tout ce qui est référencé par le client: mails, contacts, sujets, etc. Au chapitre de l’ergonomie, on trouve aussi la possibilité de naviguer par onglets qui manquait cruellement sur la version précédente.

En ce qui concerne l’habillage, l’équipe préfère toujours un design soigné et sobre. Ce dernier est de plus intégré par rapport aux différents systèmes d’exploitation dans lesquels il peut évoluer. Si vous désirez changer de look, là aussi l’équipe a travailler pour rendre ce genre de manipulations plus faciles, tout comme l’ajout d’extensions qui se base sur le système Mozilla JetPack initié sur le navigateur de la maison, il y a peu de temps. Sans aucune surprise, le moteur de rendu se base sur les dernières versions de Gecko et TraceMonkey (pour le JavaScript), eux-mêmes développés et maintenus pour Firefox.

Bref, la copie semble donc être rendue aux standards actuels sans réellement créer une révolution. Mais est-ce bien utile de chercher l’innovation à tout pris? Pour un client de messagerie, le principal étant d’être à la pointe de l’ergonomie et de la sécurité, ce qui semble être le cas. Mais cela, je vous laisse seuls juges.

Le téléchargement se fait par ici: Thunderbird 3

Si vous êtes en Thunderbird 2, il est plus que conseillé de faire la mise-à-jour!


Posté le : 10 Déc 2009 par Shymata
Tags: , ,
Posté dans Linux, Logiciels libres, Mac OSX, News du jour, Systèmes d'exploitation, Windows |

Google DNS déchiffrage…

google_watching_you

Vous avez peut-être déjà entendu parler de cette superbe nouvelle sur d’autres sites. Quels en sont les enjeux et de quoi s’agit-il exactement, voilà la lecture que je vous propose pour le week-end.

Qu’est-ce qu’un DNS

DNS veut dire Domain Name System. Il s’agit du nom attribué au service qui transforme un nom de domaine en adresse IP. En clair, vous savez peut-être que pour vous connecter à internet, votre fournisseur vous a attribué une adresse IP. Elle se compose de 4 termes de chiffres, séparés par des points (ipV4): xxx.xxx.xxx.xxx. Un serveur qui héberge un site internet a lui aussi une adresse ip. Mais vous remarquerez que ce ne serait pas très pratique de « faire de la pub » pour un site en mentionnant une ip. Du coup, on a les noms de domaines. Or, il faut faire savoir à votre ordinateur que quand vous demandez à vous connecter à Tuxsys.ch, cela représente l’ip 80.74.146.178. C’est justement ce que fait le DNS, il lie une ip à un nom de domaine.

Comment ça marche

Concrètement, les services DNS sont assurés par votre fournisseur d’accès à internet et sont programmés de manière automatique sur votre modem. Windows/MacOS/Linux répercute automatiquement ces données pour soi et donc procède à la navigation en toute tranquillité. Dans l’architecture internet, au-dessus de votre fournisseur d’accès se trouvent des serveurs terriblement puissants et protégés, dont leur tâche est uniquement traduire en temps réel les requêtes mondiales. Autrement dit, toutes les connexions à tous les sites à travers le monde sont traduites de nom de domaine à adresse ip par ces méga-calculateurs, le serveurs DNS racine. Le nombre de requêtes à traiter à la seconde est tout simplement inimaginable. Il existe 13 sites à travers le monde qui disposent de ces serveurs racines, dont la plupart sont hébergés par des universités américaines. Ils ont leur propre réseau, pour que leur mise à jour soit répercutée de l’un à l’autre, le plus rapidement possible et de la façon la plus sécurisée possible. Sans eux, internet ne fonctionne tout simplement pas! Donc, il vaut mieux qu’ils soient protégés un maximum, les attaques sont quotidiennes.

Pour résumer, les DNS se passent en 3 ou 4 niveaux. Les serveurs racine gèrent et répercutent à tous les fournisseurs d’accès internet. Ces derniers font echo sur le cache DNS de votre ordinateur directement, en fonction de vos requêtes de navigation. Il se peut qu’il y ait un routeur entre votre ordinateur et le fournisseur d’accès, ce qui rajoute donc un niveau supplémentaire. Comme vous le remarquez, c’est par effet de cascade que tout se passe. Pour soulager les serveurs racine, les FAI prennent le relais et mieux, votre ordinateur garde en mémoire, de manière temporaire, les derniers sites visités, pour éviter une nouvelle requête plus haut.

Jusque là, ça va?

opendns-400-400

Les DNS alternatifs

On peut « zapper » les DNS de son FAI et faire faire les requêtes de bas niveau à quelqu’un d’autre. Pour cela, il faut configurer votre ordinateur ou votre routeur en conséquence.

Depuis quelques années, il existe OpenDNS, qui est gratuit et peut même faire office de proxy. Ce dernier terme veut dire qu’il peut filtrer tous les noms de domaines répertoriés comme frauduleux ou dangereux. Voici l’un des avantages de ce DNS alternatif. L’autre, est une résolution plus rapide et donc une navigation internet généralement plus fluide. Ayant fait les tests, je n’ai vu aucune différence avec les paramètres normaux (ceux du FAI). Étant en Suisse, on paie cher notre connexion internet, mais le service est souvent de qualité, donc ce n’est pas une surprise.

Google aussi

Google DNS vient donc de voir le jour. Si vous avez bien suivi l’article et si j’ai bien expliqué, vous avez compris que Google veut se placer au niveau de votre FAI ou d’OpenDNS. Google DNS arbore les mêmes avantages, à savoir une meilleure fluidité de navigation. Évidemment, cette différence se fera surtout pour tous les sites de la maison Google avant tout.

Bien entendu, et heureusement, ce n’est pas imposé. Si vous voulez faire vos requêtes DNS chez eux, c’est parce que vous l’avez voulu et que vous avez su le faire.

MAIS

Dans un futur relativement proche, il se pourrait que certains FAI laissent tomber tout simplement leurs serveurs DNS (coûteux) pour rediriger automatiquement sur GoogleDNS, après signatures de contrats, etc. Je pense que c’est la stratégie de notre pieuvre tentaculaire géante préférée.

Quel serait l’intérêt de Google dans ce cas de figure? Tout connaître sur vous! Plus besoin d’utiliser des moyens détournés d’audit de sites internet ou autres navigateurs maison (Google Chrome) pour connaître, cataloguer, chiffrer les habitudes de connexion de tout un chacun. Ils auraient accès à beaucoup plus d’internautes que jamais et avec les données les plus précises possibles. Ces dernières seraient utilisées en interne pour alimenter la régie publicitaire de la firme, mais aussi pour vendre les études ciblées à qui le veut bien.

A faire peur n’est-ce pas? Du moins, ça fait réfléchir, sachant qu’ils gérent déjà vos mails, votre agenda, vos photos, vos vidéos, vos documents, votre téléphone portable…

monde-pieuvre


Posté le : 04 Déc 2009 par Shymata
Tags: , , ,
Posté dans Internet, News du jour, Sécurité |

Get Adobe Flash player